Montmartre plus fort que tout!

La première manche pour l’AMNS. Dans le choc pour la première place de Régionale 3, les Montmartrois ont infligé une première défaite de la saison à leur grand rival, Paris Aquatique, grâce à un départ canon et malgré de grosses difficultés avec l’arbitrage qui ont permis à l’adversaire de rattraper une grande partie de son retard pour finalement échouer à deux buts (10-8).

 

C’est un peu un bis repetita, l’intensité en plus. Comme lors des trois rencontres précédentes (Châtillon, La Garenne-Colombes, Mantes), l’équipe de Clément Rey-Giraud a attaqué la rencontre sur d’excellentes bases (8-3) avant de faiblir de plus en plus à mesure qu’on s’approchait de la délivrance (2-3 dans le 3e quart-temps, 0-3 dans le 4e). Comme face à l’Olympique garennois (12-10), elle a tremblé jusqu’au bout pour finir avec deux buts d’avance. Et comme à Mantes, elle a pesté contre l’arbitre Istvan Fazekas, plus prompt à exclure ses joueurs que leurs adversaires.

La statistique est frappante: 14 exclusions côté AMNS, deux fois moins (6 plus 1 penalty) pour PA. Elles sont allées croissantes pour culminer au 3e quart-temps (1 dans le 1QT, puis 4, puis 6, puis 3). Résultat, 5 des 13 joueurs ont fini avec deux exclusions personnelles et donc sous la menace d’une 3e exclusion, définitive.

PA en a profité en marquant la moitié de ses buts (4 sur 8) en supériorité numérique. Heureusement, sur les 10 autres exclusions, AMNS a pu compter sur une défense au taquet, les exploits habituels de son fantasque gardien Rémi Molina – dont on a arrêté de compter les arrêts – et surtout, soyons honnêtes, les mauvais tirs de Paris Aquatique.

Qui ont tout de même fini par faire mouche. Pas par le bras de la pointe Jordi Rabassa, cadenassée par « le Caïman » Frédéric Cousseran ou encore Christophe Boileau et restée muette toute la soirée, mais par ceux d’Etienne Burguy et de Sacha Leonard (3 buts chacun), qui ont profité de la baisse de rythme de Montmartre et de la fournée d’exclusions. La physionomie de la rencontre aurait été toute autre, alors, sans l’entame de rêve de l’AMNS: trois buts sur les trois premières occasions (Clément Lepeule, Clément RG, Pierre-Alain Sarthou), 4-0 au bout de 4 minutes (Clément RG), 6-2 au début du 2e quart-temps (Lepeule, Sarthou), 8-3 à la fin du 2e quart-temps (Sarthou, RG) et encore 9-4 en milieu de 3e quart-temps après une envolée d’Aurélien Eblé digne des plus grands volleyeurs.

La suite sera moins brillante, la nervosité gagnant les rangs tant en défense qu’en attaque, où les Montmartrois n’ont fait que reculer. Quel aurait été le résultat si Clément Lepeule, de retour dans son ancien club après quelques années d’exil à Toulouse, n’avait pas obtenu sa licence lundi? Avec 3 buts, dont le dernier en guise de bouffée d’air frais en fin de 3e quart-temps (10-5), il a terminé co-meilleur marqueur montmartrois, un rôle partagé avec son homonyme de capitaine et l’intenable « PAS ».

Les « xxxxx de la butte » vont avoir quelques semaines pour se remettre de cet ascenseur émotionnel: le match retour contre La Libellule, initialement prévu le mercredi 6 février, a été reporté. Il s’agit maintenant de se tourner vers l’autre équipe encore invaincue, le Racing, qu’elles iront affronter le mardi 12 février à Montparnasse.

By | 2019-01-19T12:13:49+00:00 19 janvier 2019|Categories: Waterpolo|